Claude Raynal Sénateur

Actu Métropole

Claude Raynal lance la réflexion pour un projet à gauche

«Qu'avons-nous à dire aux habitants de Toulouse et de la Métropole ? Après le score faible de la gauche en 2017, il faut reconstruire un discours. Le parti le fait au niveau national. Nous devons réfléchir localement pour bâtir notre projet pour 2020.»

Après la déroute de 2017 et dans un contexte local flou pour le PS, Claude Raynal, sénateur et président du groupe socialiste à la Métropole, a pris l'initiative de lancer la réflexion, une réflexion qui se veut unitaire, réunissant sous la bannière métropolitaine l'ensemble des socialistes. Lundi soir, chez le caviste Le Domaine qui monte, rue Riquet à Toulouse, le parlementaire a réuni plus d'une centaine de militants, élus et sympathisants. Dont deux candidats quasi-déclarés à la mairie de Toulouse, Romain Cujives et François Briançon, et en l'absence de deux autres personnalités, prétendants potentiels, Nadia Pellefigue et Pierre Cohen. «Et si on travaillait ?» Voilà la proposition faite à tous par Claude Raynal qui prévoit une série de rencontres sur «les grandes questions» de la Métropole, citant la santé publique, le climat, la qualité de vie… Le projet d'abord. Avec une échéance : «fin 2018». Et après viendra la question du candidat. «Ce n'est pas celle que se posent aujourd'hui les habitants.» Pour sa part, il reste à distance. «Mon rôle est uniquement de lancer la réflexion, pas de me mettre de l'avant.» En 2016, il se disait «pas indifférent à la Métropole». Mais rappelle que c'était «avant 2017». Et aujourd'hui, «je m'approche de la sagesse», lâche-t-il, manière de prendre du recul voire suggérer qu'il n'en sera pas. Le gouvernement devrait dire prochainement si l'élection à la Métropole se fera au suffrage direct. La décision conditionnera déjà en partie le paysage à gauche.