Claude Raynal Sénateur

Actu Métropole

Tribune du groupe socialiste

Un autre regard sur la Métropole

Notre métropole doit sans cesse se réinventer pour s’adapter aux profonds changements qu'elle connait, notamment ceux induits par la forte dynamique démographique. La responsabilité du Président de la Métropole et de sa majorité  devrait donc être de chercher à donner les moyens à notre institution d’accompagner et de renforcer ce développement en impulsant des politiques publiques qui y contribuent, que ce soit en matière de recherche, d’innovation, de déplacements ou d’accès au logement.

Nous aurions pu attendre cela, pourtant une délibération présentée en catastrophe, lors du conseil de la Métropole du 12 avril, sur la contractualisation de notre collectivité avec l’Etat est venue nous rappeler que Jean-Luc Moudenc semble bel et bien plus intéressé par la construction d'une relation à visée électoraliste avec l’actuel gouvernement que par la défense des intérêts de notre collectivité...

Une délibération présentée en catastrophe, car la commission en charge de son examen s’est réunie, en urgence, l'avant-veille du conseil au cours duquel elle a été adopté, ne laissant ainsi aucune possibilité aux élus de comprendre, d'étudier, d'amender ce contrat. Cette précipitation témoigne en réalité de la volonté du Président de la Métropole d'apparaitre comme le "bon élève", ayant annoncé lui même l'adoption de cette délibération avant le 15 avril lors des journées de France Urbaine à Dijon le jeudi 5 avril devant le Premier Ministre.

Cependant, ces efforts pour obtenir le soutien des gouvernants ne sont pas ceux attendus par les citoyens. L'engagement de notre collectivité aurait du se porter sur la création des conditions nécessaires à la signature d'autres contrats tels qu'un engagement de l'Etat concernant la LGV Bordeaux/Toulouse, le financement de la troisième ligne de Métro, l'obtention du label IDEX pour l'université de Toulouse ou bien encore le choix de Toulouse Métropole comme territoire innovant d'avenir. Il n'en est rien, le seul engagement qui sera donc signé est celui qui nous passe la corde au cou en plaçant le budget de notre collectivité sous le contrôle préalable du préfet. Celui pour lequel l’Association des Départements de France, l'Association des Régions de France et l’Association des Maires de France, toutes présidés par des élus républicains ou centristes, ont uni leurs voix pour dénoncer une politique  "limitant les moyens et stigmatisant l’action des collectivités locales"

Alors plus que jamais nous attendons du Président de la Métropole Jean-Luc Moudenc qu'il engage enfin les politiques qui nous permettront de faire entendre la voix de notre Métropole sur des enjeux majeurs pour son avenir.

 

Claude Raynal

Président du groupe socialiste Toulouse Métropole

Contact : 1 Allée Jacques Chaban-Delmas, 31500 Toulouse, Tél. 05 67 73 86 10, groupe.socialiste@toulouse-metropole.fr